Se réaliserdans un ensemble à taille humaine

Actualités Lycée

Allemagne

Ce lundi, les élèves en séjour à Fürstenfeldbruck ont pu découvrir le Viscardi Gymnasium, lycée partenaire de l'échange. Après un accueil par le directeur, ils ont rejoint les cours de leurs correspondants par groupes de 3. L'après midi, une visite découverte de Fürstenfeldbruck était organisée sous un soleil splendide. Le maire les a reçus à la mairie, et leur a remis quelques cadeaux avant de poser pour une photo souvenir devant la presse locale.

 

 

Fürstenfeldbruck est une ville de + de 38.000 habitants (moyenne d’âge d’environ 42 ans), se situant à environ 25 Km de Munich et datant du 12ème Siècle (1150), au XXeme siècle elle devient une ville a part entière que nous pouvons assimiler en France à une “Préfecture”. C’est/c’était une ville commerciale. Le Roi Ludwig a eu quelques différents avec Le Pape à son époque. Au conseil de la ville (qui représente près de 7 partis politiques différents) il y a 40 élus ainsi que Mr le maire(Élection municipale tous les 6 ans, prochaine en 2020). Dans cette ville il y a plusieurs établissements scolaires de la maternelle au lycée (pas d’universités). On y trouve également 3 grandes entreprises comme par exemple “Coca-Cola”, “GSD”... Fürstenfeldbruck est également une ville avec beaucoup de pistes cyclables, en effet énormément d’habitants utilisent un vélo pour se déplacer ce qui est une bonne chose car Munich et ses environs forment un groupe de 3.200.000 d’habitants. A Fürstenfeldbruck on peut visiter un monastère qui datent de 1263, il faut aussi savoir qu’hormis l’église, tous les monuments sont possédés par la Ville. Enfin, il existe à Fürstenfeldbruck une tradition qui consiste à mettre des maisons en papier sur la rivière le 13 décembre, (Saint Lucie) pour la fête de la lumière (a cause des journées qui raccourcissent) Néanmoins cela servait aussi selon le maire à prévenir les gens d’une inondation.

Evan HG Paris - 201

Bien arrivés à Munich!

Bien arrivés à Munich!

 

munich 0618

Des vice-championnes à Ste Thérèse !

Le championnat national UGSEL de tennis de table s’est déroulé à Dunkerque les samedi 26 et dimanche 27 mai 2018.

 

ugsel tt


En équipe féminine, Camille Mottin (201), Victoria Pedan (202), Charlène Queinnec (1ère S3) et Théa Henry (TES2) remportent la 2ème place et sont vice-championnes de France, battues en finale par une équipe de Brest, finale 100% Finistérienne : Un grand bravo à elles !
L’équipe des garçons composée de Riwan Cuzard (201), Louis Marc (1ère S3), François Testu (TS3) et Erwin Boulet (3ème) s’incline quant à elle en quart de finale.
Félicitations à ces huit élèves pour leur investissement sportif !

Rencontrer un Français libre

lundi 28 mai,

les 1ère S1 et ES1 ont fait la connaissance d’Alexis Le Gall combattant de la 1ère Division Française Libre ayant répondu à l’appel du 18 juin de De Gaulle.

 

Témoigner, Alexis, 95 ans, le fait depuis des années. Mais la rencontre est à chaque fois nouvelle.

Cette fois-ci, l’émotion aura été intense et palpable.

 

À 17 ans, ne plus passer son bac, suivre De Gaulle, vivre l’expérience de la guerre, quitter sa famille, les copains que l’on perd, ceux que l’on gagne, connaître la fraternité d’armes, l’aventure de la découverte de l’Afrique noire en 1941, la soif obsédante du désert saharien en 1942, revoir la terre de France, en Provence, le 15 août 1944, endurer le froid blessant de l’hiver vosgien de 1944 et puis, se battre toujours et encore… Tout ça pour quoi ?

 

Supporter tout cela à cause d’une certaine idée de la patrie, à cause du refus de s’avouer vaincu. La volonté opiniâtre de continuer le combat.

Se battre jusqu’au sacrifice consenti pour des valeurs et des principes reçus en héritage familial, inculqués par les maîtres et professeurs, des valeurs humanistes vécues et passées à l’épreuve du scoutisme et partagées par les camarades : solidarité, partage, respect de l’autre, liberté, fraternité, amitié, égalité, équité.

S’engager pour défendre avec détermination et volonté ces principes essentiels qui sont ceux de notre République. Principes attaqués alors en leur cœur même par l’obscurantisme nazi, le pire, à ce jour, qu’ait pu connaître l’Europe dans sa longue histoire.

 

 

Pour nos jeunes, ce fut une belle et exemplaire leçon de décision et d’engagement, de volontarisme et d’abnégation.

En un temps, le nôtre, où, à nouveau, la République est attaquée en son sein même, dans ces principes fondamentaux les plus chers, dans ce qui la fonde, par les obscurantismes modernes que sont les extrémismes et le terrorisme djihadiste.

Qui, dorénavant, pour la défendre ? Qui, maintenant et demain, pour sauvegarder, protéger, nos biens les plus précieux, nos principes et nos valeurs, sinon les enfants de la République ?!

Alors témoigner, c’est surtout confier une mémoire en héritage aux jeunes générations afin qu’elle réalise toute la grande fragilité et le prix inestimable de l’idéal républicain et des valeurs humanistes.

Témoigner c’est éveiller les consciences afin qu’elles deviennent, à leur tour, sentinelles.

 

Frédéric Morvan-Houart