Se réaliserdans un ensemble à taille humaine

Actualités Lycée

SES en bulles

Depuis le début de l’année, la classe de 1re ES1 du Lycée Sainte-Thérèse de Quimper travaille en accompagnement personnalisé en interdisciplinarité avec Mme Pasquier, professeure de SES, Mme Calmejane, professeure de français et  Mme Bernard, professeure documentaliste, sur le prix SES en bulles. https://sesenbulles.wordpress.com

 

Les 30 élèves de la classe ont tous lu les 6 BD proposées et ont joué les critiques des oeuvres. Avant de partir en vacances, ils ont procédé au vote de leurs 3 BD préférées. Ce n’est pas tout de voter mais ils ont aussi rédigé leur réflexion et justifié leurs choix.

 

En N°1 : Culottées de Pénélope Beaujeu

 

Nous avons préféré la bd “Culottées” de Pénélope Beaujeu car elle est moderne et attractive. En effet les illustrations donnent envie de lire de part leurs couleurs et de part le dynamisme du récit. Les illustrations sont très attractives et donc donne une facilité à lire cette bd. De plus, le sujet nous a beaucoup intéressés et nous amène à nous questionner sur la place de la femme dans notre société. L’auteur amène ce sujet avec humour et met en valeur des femmes aux portraits atypiques et originaux et qui ont su dépasser les préjugés. Nous pouvons alors mettre en commun cette bd avec notre thématique de l’année en français, la place des femmes dans la littérature. Nous retrouvons également Joséphine Baker dans la bd ainsi que dans notre cours d’histoire dans le thème de la Résistance.

 

La lecture de cette bd nous a apporté de la culture ainsi que du recul sur notre société.

 

En n°2: L’anniversaire de Kim Jong-Il de Ducoudray et Allag

 

Il s’agit de la BD que nous avons préféré puisqu’elle est engagée et intéressante. Elle peut toucher un plus large public par ses dessins minimalistes et par sa facilité de compréhension. Elle nous raconte la dictature en Corée du Nord, régime toujours en place actuellement et cela amène à nous demander comment aider ces personnes “prisonnières” de leur pays. Cette BD dénonce plusieurs faits de société néfastes comme le totalitarisme, l’endoctrinement de la jeunesse qui amène au culte de la personnalité ainsi qu’au racisme et les dénonce avec légèreté dans la peau d’un petit garçon, qui deviendra grand et nous en apprendra davantage sur la réalité crue d’un tel régime.

 

Il était intéressant et enrichissant de découvrir des BD que nous n’aurions pas choisi spontanément. Elles nous permettent de découvrir le Monde et la société dans sa globalité à travers le dessin. Elle forge également une culture les pays qui nous entourent et force le lecteur à regarder autour de lui.

 

N°3: La différence invisible de Julie Dachez et Mademoiselle Caroline

 

La différence invisible traite d’un sujet peu commun et quelques fois tabou de notre société : L’autisme. Julie DACHEZ explique de façon simple et claire les problèmes que rencontrent les personnes atteintes de cette maladie. En effet, elle aborde ce thème à travers d’une jeune fille qui nous est présentée de façon “normale”, seulement avec une petite différence quelques fois  invisible, d'où le titre de l’oeuvre. Nous pouvons également nous demander pourquoi cette jeune fille est-elle différente des autres. De plus, grâce à cette bande dessinée il suffit seulement de comprendre les personnes atteintes de la maladie de l’autisme afin qu’elle soit moins exclue de la société. Julie Dachez permet de vulgariser le sujet de l’autisme à nous autres, lecteurs. Pour finir, cette bande dessinée a une réelle valeur humaine, car nous pouvons nous mettre à la place de Marguerite, la jeune fille atteinte d’autisme, alors nous devenons des lecteurs actifs.

 

Cette bande dessinée permet d’être critique vis à vis des différences en général, quelqu’elles soient. Nous l’avons apprécié et l’avons trouvé plutôt facile à lire.

 

Echange avec Malaga 1ère STMG

Quelques photos de l'échange des 1ère STMG lors de la venue des espagnols en France au mois d'avril.

 

Erasmus+ en Islande

Partis depuis maintenant près de 8 jours, Mme PASQUIER et M. CHEVALIER viennent de terminer leur formation intensive en Islande au cours de laquelle ils ont été amenés à découvrir le système éducatif de cette île proche du pôle Nord ainsi qu'à partager leurs expériences d'enseignants avec 109 collègues issus de 17 autres pays européens. C'est dans le cadre du projet d'établissement "Erasmus +", porté cette année par Mme PASQUIER, qu'ils ont pu profiter de la semaine d'observation pédagogique proposée par l'organisme espagnol "English matters". Répartie en demi-journées de déplacement dans les collèges et lycées islandais, en cours dispensés à l'université de Reykjavik et en transferts vers les lieux incontournables de la péninsule de Reyjavnes pour permettre la découverte des particularités géologiques du pays, la semaine s'est avérée d'une extraordinaire richesse pour les deux enseignants. Chaque temps d'observation a donné lieu à un moment de réflexion avec les collègues présents ; ce, dans le but de présenter un projet collaboratif au sein de l'université de Reykjavik à la fin du projet. Ils retiendront de ce séjour que le système éducatif islandais repose sur quelques valeurs fondamentales qui, concrètement mises en application dans les établissements, installent un climat de confiance et d'autonomie d'un très haut niveau dans la salle de classe : responsabilité de l'élève dans ses apprentissages, communication réciproque entre le professeur et ses élèves, liberté de chacun dans son parcours, calme dans les moments d'enseignement. Autant de valeurs éducatives qui rejoignent celles du pays, lesquelles laissent une place très importante à l'expression personnelle : "Homemade, Handmade, Headmade".

 

Stage de français

Au cours des ​deux premières journées de vacances scolaires, 50 élèves de Première ont participé à un stage de consolidation des acquis en vue de préparer au mieux les épreuves anticipées du baccalauréat. Encadrés par deux enseignantes de Lettres, les lycéens ont participé à divers ateliers ciblés sur la préparation des épreuves orales de Français. Les deux groupes ont connu un temps de travail sur l’exposé puis sur l’entretien; en binômes ou en petits groupes, tous ont pu remettre en ordre certains points de méthodologie, reprendre les essentiels et enfin travailler l’expression orale, élément tout aussi nécessaire que le contenu à proprement parler.

 

stage francais